Un peu d’histoire (1990′s)

1990

Cette année là, suite à l’évolution de la situation politique entre l’Est et l’Ouest, la cause de la dénucléarisation militaire devient un peu obsolète. Signe des temps le festival ne se nomme plus « Glastonbury CND festival », mais devient le « Festival of Contemporary Performing Arts ». C’est la dernière année où les bénéfices vont au CND. 70 000 personnes participent à l’édition du 22 au 24 juin, et payent 38£ d’entrée, pour un bénéfice de 100 000£.
Cette édition du festival est marqué par des heurts dès le début entre le service de sécurité et les travellers, que Michael Eavis héberge chaque année. Depuis 1986, l’année suivant la « battle of the Beanfield », un espace sanctuaire est réservé à proximité du festival pour le convoi des travellers. En 1986, pour la première fois, cet espace est inclus dans l’enceinte du festival, et lorsqu’ils arrivent à la veille de l’ouverture, les travellers trouvent porte close. Cet évènement crée les premières tensions avec la sécurité, les travellers se plaindront du comportement des membres de la sécurité pendant toute la durée du festival. Le lundi, alors que les derniers festivaliers quittent le site, une bagarre éclate entre sécurité et travellers, pour une raison obscure. Cette bataille qu’on appellera « battle of yeoman’s bridge », tourne à l’avantage des travellers. Mais, cet évènement mobilisera toutes les oppositions conservatrices aux travellers et au festival lui même. La conséquence est l’annulation de l’édition 91, et surtout le désengagement de Michael Eavis vis à vis des travellers. Le free festival de Glastonbury qui avait succédé au free festival de Stonehenge a vécu…
Sur le plan artistique, cette édition est marquée par la pitoyable prestation des Happy Mondays qui parviennent à faire fuir une majorité du public de la pyramide, et un concert exceptionnel de the Cure.

1992

En 1992, pour la première fois les travellers sont exclus de l’enceinte du festival qui est marquée par une barrière de trois mètres de haut. Pour la première fois aussi, les bénéfices sont reversés à deux nouveaux organismes de charité; Oxfam et Greenpeace. 70 000 spectateurs payent 49£ et génèrent 250 000£ de bénéfices.

1993

L’édition 93 se déroule sans problème notable. 80 000 spectateurs payent 58£ générant un bénéfice de 250 000£. Pour la première fois, le festival est « sold out » avant son ouverture.

1994

Le 13 juin, c’est à dire 11 jours avant l’ouverture du festival, la pyramide construite en 1981 est détruite par un incendie. Une scène de remplacement est rapidement installée, elle est de plus alimentée en énergie par une éolienne produisant 150 kW. Le samedi soir vers 10 heures, lors d’une altercation, un homme tire une série de coup de feu avec un pistolet automatique près d’une des scènes. Coups de feu qui par bonheur, ne causent à quatre victimes que des blessures légères. En dépit d’avoir évité le pire lors du précédent incident, le premier mort de l’histoire du festival survient avec le décès par overdose d’un jeune homme de 23 ans.
Pour la première fois le festival bénéficie d’une couverture TV de 12h00 au total par la chaine Channel 4, et MTV est aussi sur place et enregistre aussi un certain nombre de prestations.

1995

Cette édition se déroule plus calmement que la précédente, si ce n’est que la barrière d’enceinte est complètement enfoncée, et que maints spectateurs entrent en fraude sur le site du festival. Il est possible que le nombre de spectateurs théoriquement limité à 80 000 par la license, ait ainsi été doublé.
Une pause est prise en 1996. Depuis 79, certains breaks avaient été imposés par les circonstances; 80 pour raisons économiques, 88 à cause des problèmes de violence causés par la sécurité envers les travellers, 91 à cause de la bataille de Yeoman’s bridge. Pour la première fois le festival fait un break d’une année juste pour laisser la terre reprendre de la force et les vaches profiter librement de l’été. C’est une année de jachère, principe qui va être généralisé par la suite, en 2001, 2006. Une périodicité de cinq ans qui aurait dû provoquer un break en 2011. Mais il a été décidé de reporter la pause à 2012, année des jeux olympiques de Londres. Il était probable que certaines infrastructures (en particulier les toilettes) ne soient pas disponibles à cause des jeux.

1997

Le festival 1997 est gâché par un très mauvais temps, et beaucoup de boue. Cette année là encore beaucoup de fraudeurs réussissent à passer la barrière en creusant des trous sous la grille. Cette année là BBC2 reprend à Channel 4 la couverture télévisuelle du festival, indiquant l’importance grandissante de l’événement. 95 000 spectateurs ont payé 75£, même si nombre d’entre eux partent dès le samedi à cause des conditions météo.

1998

La machine est maintenant bien rodée, pour la première fois la licence est accordée pour plus de 100 000 personnes, 100 500 exactement. C’est encore une fois une année boueuse, et de nombreux festivaliers partirons dès le samedi.

1999

La décennie, le siècle, le millénaire se termine par un bon festival, 100 500 personnes, et cette année le climat est clément.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.