Glastotrip

Les années à venir

Michael Eavis pourrait vouloir rendre la Worthy Farm à sa fonction première, que la tenue régulière du festival de Glastonbury perturbe.

Compte tenu des incertitudes concernant le futur du festival de Glastonbury, on peut légitimement se demander ce qui va se passer pendant les années à venir. D’abord, je veux revenir brièvement sur les intentions de déménagement de Michael Eavis, et du son de cloche différent dans les déclarations de sa fille (cf. Déménagera, déménagera pas et Où l’on reparle encore du déménagement).

Une thèse qui parait séduisante, indique que Michael aurait l’intention de rendre la Worthy Farm à sa fonction première, à savoir une exploitation agricole. A 81 ans, le patron de Glasto, sait que les années lui sont comptées, et voudrait avant sa mort restituer à sa descendance, l’exploitation qu’il tient de ses ancêtres. Ce n’est pas un festival qu’il souhaiterait transmettre. N’oublions tout de même pas que si nous connaissons bien Emily, ce n’est pas la seule fille de Michael. Ce dernier a été marié trois fois, il a eu 3 enfants de son premier mariage, et 2 du deuxième. Aucun enfant, en revanche n’est né de son troisième mariage. Emily est donc la dernière d’une fratrie de 5 enfants. Je ne connais pas les dispositions que Michael a pris concernant son héritage, mais il est tout a fait possible, comme le suggèrent certains, qu’il espère qu’un de ses enfant prendra sa suite en tant qu’agriculteur, et perpétuera la tradition familiale. Peut-être même qu’un de ces enfants s’est proposé à la reprise, mais ne se voit pas gérer le festival. C’est une hypothèse cohérente, pour un homme qui a montré son attachement à sa terre. Bien qu’Emily ne semble pas du même avis, compte tenu de la situation familiale, à la mort du patriarche, elle ne sera pas seule à décider. Il est donc bien possible que le festival ne se tienne plus à Pilton du vivant de Michael, et à moins d’un accord familial fort, c’est encore plus probable après sa disparition. D’autant que Michael Eavis pourrait très bien signifier dans son testament, qu’il ne souhaite plus que le festival se perpétue après sa mort. Il en serait bien capable, et il serait difficile d’aller à l’encontre de telles dernières volontés sans égratigner l’image du festival.

Seule certitude pour l’avenir, un festival en 2017, une jachère en 2018, et après…?

Quoi qu’il en soit, pour l’instant le festival ne déménage pas. En 2017, il aura bien lieu à son emplacement usuel. En 2018, les organisateurs avaient indiqué vouloir faire une pause, comme c’était régulièrement l’usage. Les Eavis avaient indiqué vouloir tenir un autre évènement cette année là, en un autre lieu. Nous savons maintenant que c’est Longleat qui avait été choisi. Aucun accord n’ayant pu être trouvé avec les propriétaires des lieux, le festival annexe initialement prévu a donc été annulé. Nous en sommes désormais officiellement informés:

We can also confirm that we will be taking our next fallow year in 2018, in order to give the farm, the village and the Festival team the traditional year off. There are no plans to hold an event at another location in 2018.

Nous pouvons aussi confirmer que nous procéderons à notre année de jachère en 2018, afin de donner une traditionnelle année de repos à la ferme, au village, et aux équipes du festival. Il n’y a aucun projet de tenue d’un autre évènement quelque part ailleurs pour 2018.

Nous savons donc bien ce qui va se passer en 2017, et 2018. Mais que va-t-il se arriver après, à partir de 2019?

Les années de jachère ont été instaurées de façon systématique dans les années 2000. Auparavant, il y avait eu des années de break forcé ( je vous invite à lire les pages Histoire du site). A partir des années 2000, les jachères donnent en effet du repos à la terre et aux gens, mais elles donnent lieu aussi à des restructurations importantes du festival. Si Michael Eavis est déterminé à déménager, 2018 pourrait bien être mise à profit pour régler cette opération. Quoi qu’il en soit, on peut supposer que ce sera un sujet longuement évoqué chez les Eavis dès le le lendemain du festival le 28 juin 2017 au soir.

Et peut-être, au même moment, le dernier festivalier franchira-t-il définitivement le seuil de la Worthy Farm.

Photo: Ben Crouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.