Glastrexit

You are currently viewing Glastrexit

Le référendum sur la sortie de la Gande Bretagne de l’Union Européenne aura lieu le jeudi pendant le festival de Glastonbury.

Après les difficiles négociation visant à éviter le Brexit (sortie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne), qui se sont terminées vendredi, la prochaine étape du processus, est un référendum qui doit avoir lieu le 23 juin prochain. Ce référendum avait été promis par David Cameron en 2013 en vue de la campagne pour sa réélection en 2015. Donc, quels qu’aient été les résultats des dernières négociations, l’engagement pris à effectuer cette consultation est irrévocable, et le référendum aura bien lieu le 23 juin, c’est à dire pendant le festival de Glastonbury, le jeudi. Nombreux sont ceux qui se sont demandé s’il était possible d’installer un bureau de vote dans l’enceinte du festival, et face à la quantité d’interrogations sur le sujet, les organisateurs ont été dans l’obligation de faire une communication sur le site officiel. Il ne peut pas y avoir de bureau de vote sur le site du festival de Glastonbury, et les festivaliers présents devront soit faire une procuration, soit voter par courrier.

Glasto affiche depuis longtemps ses tendances gauchistes. Le fondement hippie anti-conformiste s’opposait dès sa création au conservatisme le plus pur. Mais au début des années 70, ceci n’était en partie que folklore, seuls les individus les plus impliqués comme Arabella Churchill et Andrew Kerr sont demeurés de fervents militants de causes généralement tournées plutôt vers la protection de l’environnement. Lorsque le festival a été refondé dans les années 80, il s’est tourné vers le CND, qui est une association pacifiste, assez ancrée à gauche. Lorsque le financement du CND a été jugé mon crucial à la fin des tensions Est-Ouest, c’est Green Peace et Oxfam, deux associations respectivement dédiées à la protection de l’environnement, et à l’aide des populations défavorisées qui ont été choisies. Si Oxfam n’a pas d’action politique, Green Peace en revanche est proche des écologistes, qui sur bien des points s’opposent aux conservateurs. Michael Eavis, par ailleurs ne s’est jamais caché de ses préférences politiques, il a d’ailleurs été candidat du parti travailliste lors d’élections locales. Pour finir, Billy Bragg, artiste auteur compositeur et chanteur, qui est un activiste très ancré à gauche, proche des écologistes mais aussi du mouvement syndicaliste, est un résident du festival. Il est désormais en charge d’une des scènes du festival: LeftField (littéralement: le champ de gauche pour les non anglophones).

A priori, donc, si le public de Glasto était entièrement à l’image des gens qui l’organisent, devraient embrasser la cause du « in » (maintient dans l’Union Européenne), et 130 000 abstentionnistes pourraient compter pour un référendum qui s’avère très serré. Mais les choses ne sont pas si simples. D’abord Glasto n’est plus le repère de hippies et de gauchistes qu’il a pu être, le festival qui est désormais the place to be, attire désormais toutes les franges de la population jusqu’à la upper class dont les membres ont de bonnes chances d’être très conservateurs. Par ailleurs, le clivage droite/gauche in/out n’est pas si évident. Désormais Cameron lui même défend le in, c’est son aile droite qui fait la promotion du out. Et à gauche, certains soutiennent le in du bout des lèvres, rechignant à soutenir Cameron. Mais en terme de politique il est d’usage que rien ne soit simple, n’est-il pas? Du coup, l’ensemble des tendances au sein des festivaliers devrait en définitive s’exprimer, probablement dans les mêmes proportions que le reste de la population, et l’on peut imaginer que compte tenu de l’enjeu, ceux qui ne se seraient pas abstenus vont en masse voter par correspondance ou procuration.

Je pense que cet événement va cependant donner lieu à quelques scènes originales le jeudi soir. On peut imaginer qu’il y aura des diffusions sur place au moment de l’annonce des résultats. On peut aussi imaginer qu’il y aura des débats du côté de Leftfield, ou du Speakers Forum. Peut-être même dans les allées, aurons-nous l’occasion d’évoquer le sujet. Je suis persuadé qu’il y aura bien un moment où l’on me demandera, à moi français, ce que je pense des événements en cours. Il est clair que ce vote pourrait s’avérer être un événement historique si le Brexit devait avoir lieu, et dans ce cas nous nous souviendrions tous où nous étions le jour où la Grande Bretagne a quitté l’Union Européenne. Mais j’espère que cela ne va pas arriver… En ce qui me concerne, j’adopte la position d’Arno qui chantait avec les TC Matic: Putain! Putain! C’est vachement bien! On est quand même tous des européens! Et pour rester dans le domaine musical, je vous livre un de mes morceaux préférés sur l’Europe, même s’il est un peu polémique, ne dit-il pas: Every citizen required to debate? Killing Joke:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.