Glastotrip

Vendredi après-midi

Premier clash à gérer Beardyman termine à 14h30, et sur la G Stage à 14h00 débute le Shpongle DJ Set. Shpongle, c’est un groupe de Psy Trance peu connu, mais dont je suis fan. Ce n’est qu’un DJ Set, mais j’ai très envie de les voir. En plus l’un des des deux membres du groupe Raja Ram, est un ancien du groupe Quintessence que j’aime assez. Quintessence est un groupe formé à la fin des années 60 qui a participé à la Glastonbury Fayre de 1971, Raja Ram était donc là il y a 40 ans. Vers 14h15, je quitte Bigou et East Dance et me rends à G Stage. Là je suis surpris de l’animation, mais il y a pas mal de monde, visiblement Shpongle a des fans, et ils sont motivés. Le show n’a que peu d’intérêt, Raja Ram se contente de danser bizarrement à côté du DJ Simon Posford, il joue un peu de flute, et salue fréquemment des personnes dans le public, nombre des personnes présentes semblent proches du groupe. Mais je suis tout de même très content de voir ce duo très rare et dont j’adore la musique dans une ambiance très hippy friendly.

15h10, à la fin du set de Shpongle, Raja Ram fait de grands gestes au public, mime qu’il joue de la flute, en montrant la scène Spirit of 71 juste en face, pour indiquer qu’il enchaine là bas avec le Spirit of 71 House Band (une réunion d’artistes qui ont appartenu à des groupes passés à Glasto en 71). Pendant que le concert débute, je fais un break au Spirit of 71 café qui devient quasiment mon QG. C’est situé en bas de Pennard Hill, à côté de la scène Spirit of 71, les panini sont très acceptables, et le jus de pomme délicieux. Après mon déjeuner, le Spirit of 71 House Band Jam, en particulier le groupe fait une reprise très émouvante de Baker Street de Gerry Rafferty mort cette année. Sur scène tous les musiciens présents ont tous, à un moment où à un autre joué avec Rafferty. C’était un moment exceptionnel, et si la scène spirit of 71 était souvent assez désertée, à ce moment là pas mal de gens passant par les allées, s’arrêtent pour écouter ce morceau. Ondirait que le public est plongé dans une sorte de stase.

Après le concert, je vais prendre un café à côté, et j’assiste à une interview d’Arthur Brown, une type pas mal barré. Il raconte comment il est arrivé à la musique, les débuts de sa carrière qui commence en France, et plein d’anecdotes marrantes. C’est assez surréaliste de gouter en écoutant l’histoire de ce type de pas loin de 70 ans dont la vie est une histoire exceptionnelle.

Vers 16h30, je pars assister à mon tout premier concert à la pyramide, BB King. C’est particulier la pyramide, c’est grand, très grand, et lorsqu’on est en bas on voit le public sur les pentes qui remontent vers la Worthy Farm, et Big Ground. Et derrière le public, on voit les tentes tout autour, en on se rend alors compte de la quantité impressionnante de monde qui se trouve là. C’est encore plus vrai le soir lors des concerts des têtes d’affiche, mais nous y reviendrons plus tard.

J’avance assez près de la scène, mais évidemment au bout d’un moment la foule est trop compacte et je m’arrête. Voici le point de vue dont je dispose de là où je me trouve.

BB King sous la pyramide


Pensant arriver en retard, j’assiste en fait au concert en entier. Le concert se termine à 17h45, dès que c’est terminé je  monte à The Park pour le concert de Big Audio Dynamite qui doit s’enchaîner avec le traditionnel concert surprise. J’arrive largement avant le début du concert, mais il y a déjà beaucoup de monde, je m’installe donc tout en haut dans l’axe de la scène, juste devant la table de sonorisation. L’enchaînement des concerts m’a fatigué, j’en suis déjà au 6eme concert de la journée, et j’ai beaucoup de mal à tenir debout, c’est pour pouvoir m’appuyer que j’ai choisi de m’installer près de la barrière qui protège la sono. Nous avions convenu avec Bigou de nous appeler pour nous retrouver là, mais j’ai très peu de batterie, j’envoie un SMS, de temps à autre je ralume mon téléphone. Pas de nouvelles…
Le concert débute. C’est pas mal, je dirais que c’est du rock d’honnête homme, mais objectivement il n’y aurait pas Mick Jones (ancien guitariste des Clash), je ne serais peut être pas resté jusqu’au bout. C’est hallucinant quand on y pense de passer en quelques minutes de BB King à Mick Jones, deux guitar heroes de ce calibre.

Le concert se termine peu avant 20h00, et finalement je reçois un message de Bigou qui m’indique qu’il est tout en bas contre la scène. Je tente de descendre, mais le fameux concert surprise va commencer. En général l’affiche de ces concerts est plutôt exceptionnelle donc il y a foule. Je ne parviens pas à m’approcher à plus de 20 mètres de la scène, et j’attends donc là. Finalement je reçois un nouveau SMS de Bigou qui m’indique qu’il a quitté la foule, trop fatigué, il a décidé de retourner à la tente pour une sieste. J’attends sur place que le concert commence, et je qui voyons nous arriver… Radiohead!
Voici l’enregistrement complet du concert:

Je dois avouer qu’en ce qui me concerne, je n’ai pas dépassé le premier morceau. Radiohead me déprime, j’étais très fatigué, et la foule trop oppressante. Il m’a fallu longuement crawler dans le public pour rejoindre une zone plus dispersée, puis rejoindre la tente ou Bigou s’apprêtait à plonger dans le sommeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.