Mercredi

You are currently viewing Mercredi
Nos sacs balisent notre emplacement sur Big Ground

Pendant la nuit il fait très froid, 4°C nous dira-t-on le lendemain, et très humide même s’il ne pleut pas. Je dors très peu, et très mal assis sur une chaise, les deux autres ont pris l’option sac de couchage et dorment un peu plus, en particulier Fred. Mais eux aussi souffrent pendant la nuit du froid et surtout de cette rosée qui s’insinue partout. Nos voisines, un peu imbibées, discutent toute la nuit et font même le show, chansons, déguisements, comédie musicale, sans compter un long développement sur le professeur Brian fucking Cox (Brian Cox est un présentateur d’émissions scientifiques sur la BBC, programmé à la Free University of Glastonbury pendant le festival)qui serait cause de l’échec scolaire du fils de l’une d’entre elle. Vers 4h00, les premières lueurs de l’aube apparaissent. Je me lève, espérant que le soleil va bientôt venir me réchauffer. En attendant je marche devant la porte…

Panoramique Gate B

Théoriquement, en se basant sur les informations officielles communiquées par les organisateurs, les portes devraient ouvrir à 8h00, mais tout le monde s’attend à une ouverture vers 7h00, comme cela avait été le cas en 2011. Pendant les deux grosses heures qu’il nous reste à attendre, je profite de l’occasion pour longer un peu la « super-fence » et voir à quoi elle ressemble. Je fais quelques photos de cette construction impressionnante quand on songe qu’elle fait tout de même 8km de long.

La "super-fence", mur d'enceinte qui entoure totalement le site du festival.

Vers 6h30, tout le monde se prépare. La sécurité a visiblement ouvert l’accès à la zone où nous nous trouvons, car le public afflue et agrandit la queue derrière nous. Nous décidons de ne pas tenter de retourner à la voiture, nous irons jusqu’à Big Ground avec ce que nous avons pour l’instant avec nous, là nous choisirons l’emplacement de notre tente, que nous baliserons et récupérerons la tente plus tard.

Les portes s’ouvrent peu après 7h00, c’est la ruée, tout le monde se précipite vers la porte dans le désordre, on entend des cris de joie. Derrière la porte se trouve le même dispositif qu’en 2011. Une tente sous laquelle les gens sont canalisés dans 3 ou 4 couloirs de barrières. L’entrée s’effectue trois étapes successives: vérification du ticket d’entrée par une première personne, pose du bracelet d’usage par une deuxième, et pour finir la distribution du programme sous forme d’un magazine, et d’un mini guide portable autour du cou.

Mini Guide Glastonbury 2013
Mini Guide Glastonbury 2013

Nous sommes enfin à Glasto 2013!

Nous nous engouffrons dans muddy lane qui longe Big-Ground, le camping que nous avons choisi cette année. Nous franchissons la haie un peu au hasard et nous retrouvons vers le haut du champ, quasiment en face de la pyramide. Nous sommes sous la ligne électrique haute tension. Sans faire de paranoïa sur les rayonnements électro-magnétiques, nous constatons qu’une telle ligne grésille bruyamment, pas terrible pour la tranquillité. Nous nous décalons, et nous retrouvons pratiquement dans l’axe de la pyramide, elle même alignée sur le Tor. A cause du blocage de la veille, nous n’avons avec nous que nos sacs à dos, mais la tente est restée dans la voiture (avec les bières et les bottes qui n’ont aucune utilité pour l’instant). Nous balisons l’emplacement que nous avons choisi avec nos sacs à dos. Fred reste sur place pour garder l’endroit, Hub et moi retournons vers la voiture, chercher le reste des bagages.

Notre emplacement sur Big Ground
Nos sacs balisent notre emplacement sur Big Ground. On devine le Tor dans l’alignement de la Pyramide.

Nous ressortons de l’enceinte du festival par la porte B, et longeons l’immense queue des arrivants. Les stewards canalisent la foule et contrôlent les entrées, à priori, il n’est pas possible de retourner sur le parking sans refaire la queue, même avec notre bracelet. Je reste en deçà du dernier contrôle pendant que Hub va jusqu’à la voiture. Quelques minutes plus tard, il revient par une allée parallèle à la queue, avec la tente. Il m’explique qu’il a montré son bracelet, et baragouiné un truc à moitié anglais à moitié français, et que la sécurité a fini par le laisser passer. Ces derniers lui ont finalement expliqué, que la ré-entrée n’est en théorie possible qu’à partir de 15h00. Nous rejoignons Fred, et montons la tente. Vers 9h00, le camp est installé, il nous semble déjà que la journée est bien entamée, alors qu’elle ne fait que commencer. Au programme du mercredi, pas grand chose, j’ai repéré deux ateliers; didgeridoo, et ukulélé, en début d’après midi à Toad Hall, ainsi que « films that influenced Julie Temple’s official Glastonbury movie, with Stephen Mavit » de 22h00 à 02h00 à Avallon Café, d’ici là nous avons le temps de prendre nos marques.

La première chose que nous faisons, c’est descendre Muddy Lane jusqu’à Williams Green, nous nous installons à la terrasse d’un café, et prenons enfin un vrai petit-déjeuner, café et doughnuts. Après ce break, nous partons dans les allées, et entamons un tour qui va se transformer en présentation du site pour Fred qui est là pour la première fois. De Williamw Green, nous allons à West Holts, Avallon, nous faisons un grand tour dans Green Fields que nous remontons jusqu’au cercle de pierres. J’en profite pour aller voir le dragon que j’avais manqué en 2011.

Le dragon caché sous les arbres de Dragon Field
Le dragon caché sous les arbres de Dragon Field

Nous passons ensuite dans le champ au dessus du village de tipis, et là accablés de fatigue mes compères s’allongent, puis somnolent, finalement je fais de même.

Vers 14h00, je laisse les gars dans le champ, et me dirige vers Toad Hall pour voir à quoi ressemblent ces ateliers didgeridoo et ukulélé. En fait, c’est assez décevant, je suis arrivé un peu en retard pour le didgeridoo, je constate que c’est en fait plutôt une démonstration de la part du professeur. Le cous de ukulélé, ce sera idem, après quelques instructions sur la façon d’accorder l’instrument, et quelques accords de base, la prof et son acolyte se lancent dans une démonstration. Sur ce, je ne m’éternise pas et rejoint mes camarades qui sont eux, passés par The Park. 15h30 direction Arcadia qui se trouve maintenant à proximité de l’Other Stage. Cette structure attire visiblement l’attention de Fred, qui est impatient de voir ce qu’elle peut bien donner de nuit et animée. Mais, pour cela il faudra patienter encore 48h. Nous continuons la visite du site en direction de Silver Hayes, qui remplace feu le Dance Village. La nouvelle Sonic Stage est réellement bluffante, et la tente est magnifique. Pourtant, jamais au cours du festival, je n’irai sous cette tente… Nous ressortons de Silver Hayes côté John Peel, et retournons vers l’Arena et la Pyramide. Nous constatons qu’au dessus de la pyramide se trouve un étrange oiseau mécanique. Nous supposons qu’il est destiné au concert des Stones, et il se trouve que nous avons raison. Nous revenons à la tente vers 18h00, les lieux ont nettement changé par rapport au matin.

Vue de notre tente le mercredi soir.
Vue de notre tente le mercredi soir.

Fred a enfin intégré les dimensions du site, et pourtant nous n’avons pas encore tout vu, les champs qui vont de l’Acoustic Stage à Bella’s Field, ni la zone d’animation Sud-Est. Pourtant, nous sommes tous les trois déjà éprouvés par la marche effectuée autour du site. Evidemment le fait que nous avions passé une mauvaise nuit nous a éprouvés, mais la fatigue de la marche est évidente, et démontre à quel point Glasto est grand. Malgré cela, il n’est pas question de rester sous la tente, nous reprenons notre bâton de pélerin, et nous voici en route pour la zone Sud-Est.

Nous passons par le Bandstand où nous écoutons quelques morceaux d’un concert qui ne nous passionne pas. Williams Green, West Holts, Avallon, et nous entrons dans Glasto Latino, puis The Common où nous sommes bluffés par les décors. L’arène au centre, imposante, attire le regard. Sur le côté, The Cave, avec sa déco néo-aztèque est intrigante, mais on sent que le lieu ne prendra toute sa dimension qu’à la nuit venue. De l’autre côté du champ, le Rum Shack ainsi que les bâtiments qui jouxtent font leur effet de jour, et en les voyant l’on se croit vraiment dans une Amérique Latine de cinéma. On s’attend à voir débarquer les Picaros à l’assaut du San Teodoros… Nous passons ensuite dans Shangri-La, qui se décline cette année en deux parties de part et d’autre de l’allée principale. L’Enfer d’un côté, le Paradis de l’autre. Les lieux sont quasi déserts, la majorité des attractions sont fermées, de plus, sous la lumière du jour, les lieux perdent sans aucun doute beaucoup de leur magie. Nous passons l’Unfair-Ground rapidement, pour entrer finalement dans Block 9, qui en jette déjà pas mal en pleine lumière.

Nous allons grignoter un morceau dans Green-Fields, puis boire une bière, à l’Avalon Inn… Vers 22h00, fatigués nous envisageons le repli vers la tente. Au dernier moment, je propose à nouveau un tous dans la zone Sud-Est, indiquant que dans la nuit les lieux doivent déjà prendre plus de relief. Hub, éreinté, décline la balade, nous partons avec Fred. En effet, c’est très différent de nuit. Illustration par l’exemple, voici The Cave de jour (sans sa cascade d’eau):

The Cave (mercredi après midi).
The Cave (mercredi après midi).

La voici quelques heures plus tard, avec le bon éclairage et la cascade en fonction:

The Cave de nuit.
The Cave de nuit.

C’est très différent!

Nous faisons avec Fred un tour de la zone. Lorsque nous arrivons à l’entrée de Shangri-La, un feu d’artifice est tiré depuis le Sacred Space. Nous assistons à ce spectacle qui se déploie au dessus du Paradis, et dont voici une vidéo.

Après cela, nous traversons de nuit Shangri-La, plus attirant, et Block 9 qui m’impressionne tout particulièrement. Nous quittons la zone, et retournons bien fatigués vers la tente. En remontant Big Ground, je remarque l’insigne « Worthy FM » lumineux qui surplombe la Worthy Farm, ainsi que l’ensemble du site encore bien calme. Je le prends en photo, et vais me coucher.

L'enseigne lumineuse Worthy FM qui surplombe la Worthy Farm et l'Arena.
L’enseigne lumineuse Worthy FM qui surplombe la Worthy Farm et l’Arena.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.