Glastotrip

Jugement du Pipigate

Pipi sauvage

L’affaire de pollution causée par la fuite d’un réservoir de déjections du festival de Glastonbury a été enfin jugée. Le festival est condamné à payer £31000.

Nous avions évoqué en décembre et janvier dernier l’affaire que j’avais dénommée Pipigate (cf. Le procès des toilettes et Pipigate). Un réservoir de stockage de déjections s’est mis à fuir à partir de 2014. La conséquence a été que ces eaux usées se sont répandues dans les cours d’eau avoisinants et les ont pollués. Cette pollution a été relativement importante puisque des poissons ont été retrouvés morts y compris des espèces protégées. Michael Eavis qui a défendu le festival devant le tribunal en charge de cette affaire, avait reconnu les faits, mais plaidé la bonne foi, en précisant que le festival de Glastonbury œuvre depuis toujours pour limiter toute forme de pollution, et supporte nombre d’associations écologistes.

Le 24 mai dernier, la peine a été fixée, et le festival est condamné à payer une amende de £12000 et £19000 de dommages et intérêts. Au delà de cette peine modeste, et de la relative concorde dans laquelle s’est résolue cette affaire. Il en va désormais de la crédibilité du festival de Glastonbury de ne plus polluer l’environnement. Or, le principal problème relevé désormais, c’est la quantité énorme de personnes qui se soulagent dans les haies, ce qui provoque une pollution par l’urine des terrains, pollution qui finit par se répandre alentours. Les organisateurs sont donc déterminés à faire la chasse à tous ceux qui n’utilisent pas les toilettes, ce sera visiblement un objectif majeur cette année.

Photo: Neal Whitehouse Piper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.