Glastotrip

Tradition météo

Carte météo

J’évoquais hier le sujet des tickets, et le moment où j’ouvre l’enveloppe qui les contient. Je disais que c’est là que commence mon voyage vers Glastonbury. Après cinq éditions, un certain nombre de rituels se mettent en place, et il n’y a aucune raison que la sixième fasse exception. Parmi ces rituels, il y a celui de la météo. Depuis 2013, je consulte les bulletins météo de Jackone. Derrière ce pseudonyme se cache un météorologue amateur qui depuis 2011 publie des prévisions pour le festival. Depuis, il a fait des émules, et nombreux sont ceux qui s’improvisent météorologues, ou compilent sous forme statistique les bulletins de divers services météo. Jackone, lui, est un passionné, un amateur éclairé, qui tout au long de la l’année publie sur le forum Netweather. Très logiquement, ses bulletins sont devenus incontournables dans la communauté des festivaliers, où il a acquis une importante notoriété.

L’année dernière Jackone nous avait fait un peu faux bond. Invoquant des contraintes personnelles, après quelques bulletins début juin, nous avait laissé sans autres prédictions. Pourtant son analyse complète nous aurait été bien utile. Nous n’avions pas imaginé à quel point les précipitations avant le festival 2016 auraient un tel impact sur son déroulement. Il ne suffit pas, comme certains le font, de consulter la météo de mercredi à dimanche pour comprendre ce qui va nous arriver. L’année dernière on ne s’est pas tellement pris de pluie pendant le festival, en tous cas pas plus que d’autres années. C’est surtout avant que c’est tombé sévèrement, causant l’embourbement que l’on sait. Une vue d’ensemble est nécessaire et Jackone est capable de la donner.

Depuis 2015, il commence à publier ses bulletins fin mai. Et cette année, il a  publié le premier hier. Comme il le dit à chaque fois, à long terme les prévisions n’ont aucune précision, elle pourraient donc paraitre inutile, mais il s’en dégage des tendances. En d’autres termes elles peuvent nous donner quelques scénarios météorologiques possibles, et leur probabilité statistique de se réaliser. C’est déjà un bon début d’avoir des estimations, puis on les voit évoluer et s’affiner, et ça fait partie des rituels! Espérons que ces bulletins iront jusqu’au bout cette année, tant qu’il y en aura vous en trouverez l’écho dans ces pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.