Glastotrip

Jeudi soir

The Orb, the Glade

Après notre repas avec Fred, et avant d’attaquer la soirée, nous retournons à la tente chercher une polaire. Le temps caniculaire de la veille a laissé place à une journée assez grise. En dépit d’une amélioration nette en fin de journée, je sais qu’à Glastonbury les nuits sont toujours fraiches. Vers 20h00, je descends en direction de the Glade pour la longue soirée the Orb. Au programme de cette année, c’est un des évènements que j’attends avec le plus d’impatience. Peut-être suis en train de devenir blasé, mais je dois reconnaitre que le programme de cette année ne provoque pas chez moi d’engouement particulièrement fort. Mon objectif, cette année, n’est donc pas de suivre un programme prédéterminé, mais plutôt d’aller quelque peu au hasard. Mais cette soirée the Orb, est la seule exception à cette règle.

Le premier album du groupe, The Orb’s adventures Beyond the Ultra World, étant sorti en 1991, 2016 avait été l’occasion de donner quelques concerts pour ce 25eme anniversaire. Cette série de concerts permettait pour la première fois de découvrir en en live l’intégralité de l’album. Et ce soir, à the Glade, la présence de the Orb accompagnés de quelques amis de 20h40 à minuit, avec en point d’orgue ce concert anniversaire est une affiche alléchante. Il faut dire que je connais le groupe depuis le début des années 90 justement, et que cet album est justement une des premières découvertes que j’avais fait à l’époque en électro. C’est un projet mythique, que Paterson a conduit seul après le départ du fantasque Jimmy Cauty (ex KLF). Seul, pas exactement, il s’est en fait entouré de divers collaborateurs, dont Martin Glover a.k.a Youth (ex Killing Joke et producteur), Kris Weston (réputé pour nombre de ses remixes), Miquette Giraudy et Steve Hillage (ex Gong, System 7, ils sont aussi les fondateurs de la scène électro à Glastonbury), Guy Pratt (très célébre musicien de studio surtout connu pour avoir repris la basse au sein de Pink Floyd après le départ de Roger Waters), Paul Fergusson (ex Killing Joke), et Thomas Fehlmann (qui va devenir ensuite permament au sein de the Orb). Seront là ce soir, Paterson et Felhman, évidemment, mais aussi Martin Glover, Miquette Giraudy et Steve Hillage. Tout ça sur une scène particulièrement agréable dans son écrin forestier, un endroit pas trop grand, et avec une acoustique exceptionnelle.

Lorsque j’arrive à the Glade, System 7 (Steve Hillage et Miquette Giraudy) sont déjà sur scène. Je m’installe pile au centre de the Glade, tout contre le pylône central qui maintient la structure circulaire coiffant la scène. C’est un endroit où les autres pourront facilement me trouver s’ils souhaitent me rejoindre. Je sais que Sylvain veut voir ce concert, Laurent m’a dit aussi qu’il passerait peut-être par là.

Après System 7, Alex Paterson apparait entouré de 4 personnes que je ne parviens pas à identifier, à l’exception de Steve Hillage. J’imagine que deux d’entre eux sont Gaudi et Martin Glover. Il en sort quelque chose de très expérimental et, j’avoue, à part deux morceaux, assez peu entrainant. Puis Paterson revient cette fois avec Fehlmann, vient le moment où lThe Orb’s adventures Beyond the Ultra World, est joué intégralement. C’est très agréable de redécouvrir cet album sous un angle différent, remanié en live. Le son, gonflé par la puissance sonore de la sono de the Glade donne une version plus musclé, plus rythmé. Lors de la troisième partie du concert, le groupe reprend les standards issus des autres albums.

Sylvain, qui avait été le seul à manifester son désir de voir ce concert ne m’a pas rejoint. J’apprendrai plus tard qu’en fait, déçu par ce qu’il a vu, il est parti assez rapidement. Laurent, lui, m’a rejoint pendant la première partie, et m’a quitté pendant la 2eme. Je pense qu’il avait peu apprécié le côté un peu expérimental du début. Contre toute attente, c’est finalement, Fred qui, à part moi, apprécie le plus ce concert. Nous nous retrouvons, en bordure de la foule que j’ai quittée, vaincu par les crampes après avoir dansé et bougé pendant plus de deux heures. Fred me dit avoir apprécié ce qu’il a entendu. Nous assistons à la 3eme partie du concert, à l’écart, en buvant une pinte.

Ensuite nous  décidons de prolonger un peu la soirée, en visitant le Spaceport, puis the Spike qui brille de mille feux. Puis, nous décidons de nous rendre dans la zone Sud-Est à travers Green Fields, et Craft Fields. Lorsque nous arrivons dans Unfairground, il y a tant de monde, que nous décidons immédiatement de quitter les lieux. Nous revenons par les champs de Theatre and Circus où nous faisons une rencontre du 3eme type inoubliable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.