Glastotrip

Mercredi matin

Vers 6h00 du matin une voix féminine crie « everybody wake up »! J’émerge brutalement de mon sommeil, et m’aperçois que celle qui a crié est une steward d’Oxfam. Dans l’allée réservée aux bénévoles, nous voyons que d’autres stewards entrent les uns après les autres sur le site. Nous imaginons que peut-être l’entrée sera anticipée. Compte tenu des contraintes de sécurité et des délais qu’ils vont causer, les organisateurs pourraient être tenté de le faire. De plus, une entrée à 7h00 est chose assez commune, cela avait été le cas, par exemple, l’année précédente. Mais notre attente s’éternise. Les conditions de la nuit ont été plutôt bonnes. Il n’a pas plu, et même si la nuit a été fraiche, pour la première fois en six ans, je n’ai pas eu froid. Cependant, même dans de bonnes conditions, dans la queue on dort mal, et on se réveille fréquemment. Maintenant que le jour s’est levé, et que le Soleil réchauffe l’atmosphère, je suis pris par la fatigue, et finis par me rendormir à nouveau. Mais à peine me suis-je assoupi qu’une clameur se propage, et la file se met presque aussitôt en marche. Enfin! Nous attrapons nos affaires rapidement, et avançons avec la foule. Il est 7h20.

En quelques minutes nous arrivons à la porte. Nous passons le contrôle de ticket et d’identité, la pose du bracelet, récupérons les programmes, et franchissons le tourniquet. Nous nous précipitons dans Muddy Lane, et franchissons la haie à droite pour nous retrouver dans Big Ground. Un chemin que nous connaissons bien maintenant. Nous nous étions posé la question la veille, de savoir où nous pourrions planter la tente. Nous avions en particulier discuté la possibilité de changer de champ. Mais, les bons champs sont en définitive assez peu nombreux si l’on ne veut pas se retrouver en périphérie. Big Ground et les campings environnants au Nord, et Pennard Hill Ground au Sud. Pennard Hill a l’inconvénient d’être très surchargé, avec une densité de tentes très importante. C’est aussi un champ assez bruyant à cause du Sacred Space, de the Park, et Arcadia qui se trouvent non loin. Donc, sans surprise, nous avons décidé de ne pas changer nos habitudes. Et nous nous dirigeons vers notre emplacement traditionnel. Nous montons la tente sans aucun problème, et tout est terminé à 8h30. Jamais nous n’avons fait la queue dans d’aussi bonnes conditions et, et nous sommes installés si rapidement.

Ca y est le festival démarre enfin pour de bon. Nous prenons un petit café que Laurent prépare dans les règles avec sa petite cafetière italienne. Puis direction la consigne, je laisse là passeport, permis de conduire, et clef de voiture. L’important est alors de conserver le ticket de consigne, et surtout son numéro. La meilleure chose à faire est donc d’en faire une photo.

Ticket de consigne

Je pars seul dans les allées quasi désertes du festival. Je constate dans un premier temps que les toilettes sèches qui se trouvaient l’année précédentes sur Big Ground ont disparu. Elles ont été remplacées par les traditionnels long drops. Je descend vers Williams Green, puis je traverse la zone Theatre & Circus, je traverse Bella’s Bridge, direction Avalon. Ensuite, je monte à travers Craft Field, j’oblique en direction de Green Fields, puis the Glade, et West Holts. Là aussi il y avait des toilettes sèches qui ont disparu. C’est étrange, les années précédentes, ce type de toilettes s’était multiplié, et il semble y en avoir moins maintenant. Nous sommes arrivés tôt, et nous nous sommes installés rapidement. Les espaces que j’ai traversés étaient presques déserts et très calmes. C’est toujours un moment particulièrement agréable de se promener dans les allées du festival sans la foule, sans même les traces de la foule, de découvrir un site encore intact et presque vierge. Pour revenir à des choses plus terre à terre, les toilettes, elles aussi sont aussi en très bon état. Pour la première fois en 6 éditions de Glastonbury, je fais l’usage d’un long drop. Il faut dire que ce dernier état propre et net, je devais être le premier à y entrer.

Je reviens vers the Glade, et passe par Left Field pour rejoindre l’Arena. Il commence à faire très chaud. Je m’achète un soda à la fleur de sureau pour me rafraichir. Le Soleil est particulièrement fort, et je me couvre de protection solaire. On sent bien que la journée va être caniculaire, ce qui est confirmé par les applications météorologiques que nous consultons régulièrement. Sur le téléphone, aussi je reçois un SMS d’Hub, qui pour la première fois depuis 2011 n’est pas là. Il me souhaite un bon festival. C’est un peu étrange de ne pas l’avoir avec nous… Autre SMS, de Fred cette fois. Il m’indique qu’il se trouve sur l’Arena, près du stand de merchandising du festival. Nous nous y retrouvons, et achetons des T-Shirts. Je choisis un débardeur noir et doré pour ma petite Kiki.

2 Commentaires

  1. Thomas

    Enfin de retour 😉

    Répondre
  2. Laurent

    Sympa ce montage ! Et la bande son

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *