Glastotrip

Dimanche après-midi

Barry Gibb

J’arrive vers 14h30 à West Holts, où Yorkston Thorne and Khan sont en train de jouer. Je m’installe sur un des bancs qui borde le champ pour écouter la fusion de folk et musique indienne que propose ce groupe. En même temps que j’écoute cette musique assez cool, je prends quelques notes dans mon carnet. Et, encore une fois, le fait d’écrire suscite l’intérêt. Un couple s’installe sur le banc à côté de moi, et se présente. Ils s’appellent Peter et Claire. Ils m’interrogent pour commencer sur mon activité scripturale. J’explique le principe de mes notes, et mon journal, puis la conversation s’engage et dure un long moment. Ce qui surprend le plus mes interlocuteurs, c’est qu’un français soit venu 6 fois à Glastonbury. Eux même ne sont pas venus si souvent. Cette conversation est interrompue par l’arrivée de Fred avec qui j’ai rendez-vous. Nous avons prévu d’aller voir Kodaline à 16h15 sur l’Other stage. Peu avant de partir, nous entendons une clameur vers l’Ouest, justement en direction d’Other Stage, cette clameur nous attire. Curieux, nous y allons.

Finalement, c’est bien à l’Other Stage que le bruit nous conduit. Une foule vraiment impressionnante s’est massée devant Rag’n Bone Man

Lorsque le concert se termine, la foule se disperse, laissant un champ beaucoup plus clairsemé devant l’Other Stage. Nous nous asseyons par-terre en attendant que débute le concert de Kodaline, 30 minutes plus tard.

Le concert commence, et nous sommes rapidement déçus. C’est très mou. Nous restons assis dans l’herbe, et sommes assez peu concentrés sur ce qui se passe sur scène.

La grande affaire de l’après-midi, c’était le concert « to be annouced » à la John Peel Stage. L’information tombe sur le téléphone de Fred, et nous apprenons que ce sont The Killers qui sont finalement annoncés pour ce concert surprise. Mon plan pour la suite était d’aller voir Nile Rodgers sur la Pyramide, je ne change pas d’avis pour The Killers, et comme nous nous ennuyons ferme devant Kodaline, nous décidons de partir. Fred part vers John Peel, et moi vers l’Arena où Barry Gibb est encore en train de jouer. J’arrive sur place pile poil au moment où il attaque le célébrissime Staying Alive.

Pendant le concert de Barry Gibb, je longe la foule par la droite, et descend vers la scène, là où la foule est la plus compacte, juste sous l’écran géant. Cela fait très longtemps que je n’ai pas fait de gros concert aux premières loges à la Pyramide, et je me dis que ca pourrait le faire avec Nile Rodgers. Le dernier Bee Gees termine son concert en interagissant pas mal avec le public, il est visiblement content d’être là. Il finit son show en portant la veste total look disco dorée que des fans portaient dans le public.

Pendant le concert de Barry Gibb, je longe la foule par la droite, et descend vers la scène, là où la foule est la plus compacte, juste sous l’écran géant. Cela fait très longtemps que je n’ai pas fait de gros concert aux premières loges à la Pyramide, et je me dis que ca pourrait le faire avec Nile Rodgers. Le dernier Bee Gees termine son concert en interagissant pas mal avec le public, il est visiblement content d’être là. Il finit son show en portant la veste total look disco dorée que des fans portaient dans le public.

Une fois ce concert terminé, une bonne partie de la foule quitte les lieux, ce qui me laisse la place pour me faufiler à mon tour aux premiers rangs de l’Arena. Alors que j’attends que le concert de Nile Rodgers commence, j’en profite pour observer la foule autour de moi. Il y a vraiment beaucoup de monde, et lorsque je me retourne, je vois tout le champ qui remonte vers Big Ground où est plantée notre tente. C’est hallucinant de voir des gens si loin, à 300m de là. Avant le début du concert, Nile Rodgers vient lui même prendre quelques photos de toute cette foule.

Nile Rodgers
Nile Rodgers prenant quelques photos de la foule, quelques minutes avant son concert sur la Pyramide

Puis le concert commence. C’est assez simple à résumer, je savais que Nile Rodgers était à l’origine d’un bon nombre de morceaux ultra connus, mais je n’avais pas pris la mesure à quel point. Tous les morceaux sont connus et largement repris par la foule. C’est amusant et festif, et il fait beau…

Lorsque le concert est terminé, j’ai un peu de mal à sortir du tas. Doivent suivre sur cette scène Biffy Clyro et Ed Sheeran, je soupçonne que nombre de gens viennent maintenant s’installer pour les têtes d’affiche de la soirée. Je finis par m’extirper de là, direction John Peel Stage pour Goldfrapp.

Lorsque j’arrive là bas, le concert aurait déjà dû commenecr, et ce n’est pourtant pas le cas. Alors, encore une fois je m’installe dans l’herbe à côté de la tente pour écrier, et encore une fois ca intrigue quelqu’un. Je me retrouve alors à discuter avec un groupe de 5 cinquantenaires qui font partie de la Recycling Crew. Le concert finit par démarrer sous la tente, mais d’une part j’entends très bien là où je suis, et le groupe avec qui je discute est sympa. On discute, on boit une bière, on passe un moment agréable en écoutant la musique.

Lorsque Goldfrapp termine, je quitte cette joyeuse assemblée rapidement, car je dois maintenant traverser le festival pour me rendre à Shangri-La. C’est probablement l’un des plus long trajets possibles à Glastonbury, plus de 2km à travers une foule importante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.